Subscribe By RSS or Email

10 octobre 2014

Retour au luxe

 

La Villa Lorraine, vous connaissez. Mais saviez-vous que sa petite sœur, la Brasserie, avec son culte du produit et du service, a tout d’une grande? La Villa Lorraine est une valeur sûre que l’on se réserve pour les grandes occasions. Mais on n’a pas tous les jours envie d’un menu gastronde «tralalas».

Se faire chouchouter

La Villa Lorraine est une valeur sûre que l’on se réserve pour les grandes occasions. Mais on n’a pas tous les jours envie d’un menu gastronomique et de «tralalas». Si comme moi, vous êtes ultra exigeant sur le service et les saveurs, la Brasserie de la Villa vous enchantera. Créée il y a trois ans par le nouveau patron de la Villa, Serge Litvine, ce petit écrin feutré ne désemplit pas. Dès l’arrivée sur le parking, on monte sur un piédestal. Car ici, le client est plus que roi,… Il est empereur. Pas besoin de se tracasser pour une place de parking, le voiturier s’en charge. L’accueil est chaleureux et professionnel dès l’entrée. L’on vous installe à table et une batterie de serveurs et de serveuses tourbillonnent autour des tables, l’œil constamment en alerte.

 

Place à la décontraction

La salle, articulée en L, est habillée de boiseries aux murs, de lustres, de tables en bois sombres et de fauteuils fuchsias. Rien de plus agréable qu’une déco reposante et un mobilier sobre et confortable, incitant à la décontraction après une semaine harassante de travail.

Richesse des saveurs

L’apéritif est accompagné d’un bon pain encore chaud et de délicieuses rillettes de sardines. A l’exploration de la carte, l’on constate qu’Alain Bianchin et Maxime Colin, son second, proposent des plats traditionnels auxquels ils apportent leur touche personnelle. Tout est fait maison, même l’épluchage des crevettes. On est libre de choisir son menu à la carte ou de craquer pour le menu bib 3 services, à composer soi-même selon les indications sur la carte.

Une cave insondable

Pour accompagner les saveurs du menu, on a l’embarras du choix. La carte des vins est plutôt copieuse et affiche des prix pour toutes les bourses, variant entre 32 € et 2.950 € pour un Petrus.

 

Promesses tenues

Nos choix se sont portés sur des classiques comme les maatjes, la tomate mozzarella, le vol-au-vent et le dos de cabillaud avec juste un point d’interrogation : comment est-il encore possible de revisiter de telles recettes traditionnelles? Le chef tient ses promesses – nous sommes quand même dans le cadre de la Villa. La mozzarella au lait de Bufflonne, en entrée, est fondante à souhait et le dos de cabillaud, en plat, est croustillant, cuit à point et accompagné de saveurs inédites comme ce houmous d’haricots blancs. Et si, pour le dessert, vous avez envie de vous écarter du menu bib en prenant, par exemple, une inimitable Dame Blanche, pas de souci, le personnel de salle est toujours complice.

La Brasserie, c’est cela : la mise en évidence de beaux produits, l’exploitation des saveurs et un service au sommet.

Plus d’infos: www.villalorraine.be

 

Leave a Comment

Note: Make sure you enter the required information where indicated. HTML is allowed. Your email address is Required but, will never be published.

Required
Required, but not shared

Get notified Subscribe to comments